Lahitte-Toupière – Service civique réussi pour un jeune demandeur d’asile

J’ai participé à un de ces moments forts qui démontrent la force de la solidarité du monde rural et sa capacité d’inclusion.

En effet, Hassan, réfugié afghan, réside depuis plus d’un an dans la famille de Frédéric Ré, maire de Lahitte-Toupière et Président de la communauté de commune Adour Madiran, qui l’accueille bénévolement chez lui.

Au delà de cet accueil, lors des douze derniers mois, Hassan s’est engagé dans un « Service Civique » durant lequel il a secondé l’agent communal en charge de l’entretien. Ainsi, ce jeune homme de 23 ans a pu tisser de nombreux liens avec les habitants du village à qui il a pu raconter cet exil qu’il n’a pas vraiment choisi et qui le sépare chaque jour de sa famille.

Au fil des interventions relatant le parcours d’Hassan, force a été de constater que son intégration n’a pas été tout de suite acquise. Pourtant les préjugés ont néanmoins cédé le pas à l’inclusion à mesure que les habitants ont appris à le connaitre et à apprécier son travail. Voilà une preuve, s’il en fallait une, que c’est en rencontrant l’autre qu’on apprend à l’accepter. Au final c’est devant une salle municipale comble qu’il a fêté la fin de son service civique, en proposant un repas typiquement afghan aux Lahipiérois.

Cette soirée a constitué un moment rare et riche en émotions, auquel se sont joints M. Samuel Bouju, Secrétaire général de la Préfecture, mes collègues sénatrices des Hautes-Pyrénées, Fatma Adda, Conseillère régionale et membre du Comité de pilotage des services civiques du collectif Rivages, Jean Nadal, maire de Maubourguet, Roland Dubertrand, maire de Monfaucon, Jérôme Sadoch, responsable services civiques du collectif Rivages et Sara Poimboeuf, directrice du Centre d’accueil des demandeurs d’asile de Lourdes.

Je tiens à féliciter Frédéric Ré et sa famille pour leur humanisme engagé et cette opportunité qu’ils ont offert à quelqu’un de faire ses preuves dans notre pays. Mes félicitations vont également à Hassan pour son courage et son travail, ainsi qu’aux membres du collectif Rivages pour la mise en place et le suivi de ce service civique.