Proposition de loi pour le droit de mourir dans la dignité adoptée par la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale

Dans le cadre de la journée d’initiative parlementaire de mon groupe « Libertés et Territoires » du 8 avril, l’Assemblée Nationale examinera en séance publique la proposition de loi donnant et garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie, que nous avions déposé en 2017 avec mes collègues Olivier Falorni et Sylvia Pinel.

Le 31 mars, après des débats très clivés, la Commission des Affaires Sociales a largement adopté ce texte ouvrant la possibilité de recourir à l’euthanasie aux personnes en fin de vie souffrant d’une pathologie incurable.

Grâce à un ample travail transpartisan, cette proposition de loi a été enrichie, afin d’encadrer très strictement l’accès à l’assistance médicalisée active à mourir (définition précise de cet acte, clause de conscience spécifique pour les médecins et professionnels de santé, précisions sur les potentiels bénéficiaires…).

Je suis intervenue plusieurs fois, notamment pour rappeler qu’euthanasie et soins palliatifs ne s’opposent pas : ouvrir le droit à l’euthanasie, c’est offrir une nouvelle possibilité pour soulager les patients et tout faire pour ne pas les déposséder d’un choix qui n’appartient qu’à eux, sans remettre en compte le rôle des soins palliatifs (qui doivent indéniablement être développés dans tous nos territoires).

Comme le disait Sénèque dans les Lettres à Lucilius : « Pour sa vie, on a des comptes à rendre aux autres ; pour la mort, à soi-même. La meilleure mort ? Celle que l’on choisit. »

Le texte adopté par la commission est disponible sur le lien suivant : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b4042_texte-adopte-commission

Espérons que cette proposition de loi sera adoptée en l’état le 8 avril prochain, afin de garantir enfin aux Français le droit de mourir dans la dignité.

Retrouvez la vidéo de mon intervention en cliquant ici