Nouvelle lecture du PLFSS et dernière bataille contre l’augmentation de la CSG pour les retraités

La hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) était à nouveau en débat mardi soir dans l’hémicycle.

Nous étions plusieurs parlementaires à défendre une solution juste et pragmatique visant à relever le seuil permettant aux retraités ayant un revenu inférieur à 1600 euros net de bénéficier d’un taux de CSG réduit.

En effet, il y a actuellement deux taux de CSG pour les retraités et pensionnaires d’invalidité : un taux de 6,6% et un taux réduit de 3,8 % pour ceux bénéficiant d’un revenu fiscal de référence inférieur à 1200€ (ce qui correspond à un revenu de 1400 euros net).

Partant de là, et pour plus de justice sociale, nous sommes plusieurs députés à avoir souhaité créer un nouveau seuil pour permettre aux retraités bénéficiant d’un revenu net situé entre 1400 et 1600 euros de ne pas être concernés par la hausse de 1.7 du taux de CSG et de continuer à se voir appliquer taux de 6,6%. (Ceux bénéficiant d’un revenu supérieur à 1600 euros auraient alors été soumis à un taux de CSG de 6,6+1,7 soit 8,3 % comme proposé par le Gouvernement.)
Plusieurs autres seuils ont également été proposés mais tous ont été rejetés par la majorité.

Malgré tous nos efforts, cet amendement n’a pas été adopté.
–> Regardez la vidéo où j’interviens à la 5’30

J’ai ensuite voté contre l’article 7 du PLFSS qui prévoit une augmentation de 1,7 % du taux de la CSG appliquée à l’ensemble des revenus d’activité, de remplacement et du capital, à l’exception des allocations de chômage et des indemnités journalières. Mais l’article a été adopté.