Le drame des migrants en méditerranée : Conseil extraordinaire – décisions minuscules

Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse du groupe RRDP sur les décisions prises dans le cadre du conseil européen extraordinaire du 23 avril 2015, qui fait suite aux naufrages de bateaux clandestins dans la mer méditerranée.

NAUFRAGÉS : CONSEIL EXTRAORDINAIRE – DÉCISIONS MINUSCULES

« Le Conseil européen, dit ‟ extraordinaire ”, a pris des décisions minuscules qui ne sont nullement à la hauteur du drame des naufragés en Méditerranée.
D’octobre 2013 à octobre 2014, l’Italie a mené et financé seule la mission de sauvetage en mer ‟ Mare Nostrum ”, qui a sauvé 187 000 vies. Le 1er novembre 2014, l’UE n’a pas réellement pris la relève avec l’opération ‟ Triton ” de l’agence européenne Frontex, qui vise beaucoup plus à surveiller les frontières extérieures européennes qu’à secourir les réfugiés.
De plus, le périmètre opérationnel de ‟ Triton ” n’a pas été élargi par le Conseil européen. À la différence de ‟ Mare Nostrum ”, il ne dépassera toujours pas la limite des eaux territoriales des pays européens (30 milles marins, soit 55 km), alors que beaucoup de naufrages se produisent au large.
Enfin, l’on présente comme un triomphe glorieux le triplement des crédits mensuels de ‟ Triton ”, qui passeront de 2,9 à 9 millions d’euros. Soit exactement la même somme que celle financée par l’Italie seule avec ‟ Mare Nostrum ”. Ainsi, l’UE, avec ses 28 États agissant ensemble, n’accordera pas un euro de plus à cette opération que le faisait le seul budget national italien. On ne saurait être plus avaricieux.
Indifférence, inertie, absence de solidarité : nos valeurs humanistes seraient-elles devenues des idées mortes, sous l’influence croissante des formations populistes ? Par sa quasi-passivité face à l’urgence humanitaire, l’Europe méconnaît son éthique. Car elle n’est pas seulement une Communauté économique : elle est aussi et surtout une Communauté de civilisation, fondée sur la sauvegarde des droits de l’homme. »