Fin de vie

En commission des affaires sociales, j’ai abordé le sujet de la fin de vie avec M. Jean-François Delfraissy, à l’occasion d’une audition dans le cadre de son renouvellement en tant que président du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE).

En effet, durant les États généraux de la bioéthique, le CCNE a pris position pour ne pas modifier la loi existante sur la fin de vie dite loi Claeys-Leonetti (ce que je regrette) alors que le Conseil Citoyen souhaitait approfondir cette réflexion. Pour mémoire, dans un sondage IPSOS 89% des Français se sont déclarés favorables à la légalisation de l’aide active à mourir.

J’espère qu’avant la fin de ce mandat, un texte répondant aux aspirations des Français soit enfin présenté et adopté, car c’est un sujet pour lequel je nourris des convictions profondes. Je suis ainsi intervenue en mars 2015, lors de l’examen de la loi Claeys-Leonetti pour rappeler la nécessaire liberté dans le choix de sa fin de vie. Depuis j’ai co-signé deux propositions de loi sur le sujet et participe actuellement à un groupe de travail.

En ces temps de désillusion des citoyens dans la politique, nous devons leur apporter des réponses concrètes tant pour leur vie que dans le choix de leur mort.