Jeanine DUBIE participe à une table ronde sur la vigne et les changements climatiques

La commission des affaires économiques a organisé une table ronde sur la vigne et le changement climatique et sur les autorisations de plantations en 2016. La table ronde a réuni Jean-Marc Touzard, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), Anne Haller, déléguée pour les filières viticoles et cidricoles à FranceAgriMer, et Jérôme Gautier, inspecteur national de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO).

La France est, en 2015, le deuxième producteur mondial de vin derrière l’Italie, et le troisième du monde par sa superficie, derrière l’Espagne et la Chine.

La vigne est une culture pérenne. Plantée pour plusieurs dizaines d’années, elle est vulnérable au changement climatique. Déjà, les vignerons constatent un avancement du cycle végétatif de la vigne et la modification des caractéristiques de certains vins. Le vignoble se trouve de plus confronté à des phénomènes extrêmes qui posent des questions sur l’impact à venir du réchauffement climatique sur les vignobles de demain.

Si à l’horizon 2050, les experts estiment que la viticulture devrait rester la même qu’aujourd’hui, ils attendent des  changements importants à l’horizon 2100, tels que la disparition de certaines zones de production.

Ces bouleversements nécessiteront d’adopter des stratégies d’adaptations qui pourraient aller jusqu’à la création de nouvelles variétés de cépage, la modification des zones de production, ou le changement des pratiques agronomiques et viticoles.

Les députés pourront également compléter leur information sur le nouveau régime d’autorisation de plantation an sein de l’Union européenne, entré en vigueur le 1er janvier 2016.

Ouvert en ligne via un guichet unique, le nouveau système permet la délivrance d’autorisations de plantation pour l’ensemble des segments de vins (AOP, IVG et VSIG) et sur tout le territoire. Ces autorisations sont incessibles et octroyées à titre gratuit pour toutes les plantations soumises à autorisation préalable (ce qui exempte notamment les plantations destinées à l’expérimentation ou à la consommation familiale). La France doit rendre disponible des autorisations de plantation nouvelles correspondant au maximum à 1% de la superficie nationale plantée en vigne.

Retrouvez l’intervention de Jeanine DUBIE :