J’ai cosigné la proposition de loi portant sur la fin de vie dans la dignité

Attachée à la défense des libertés individuelles, je considère que le « droit de vivre sa mort et de finir sa vie dans la dignité » relève d’un choix individuel qu’il convient de respecter. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de cosigner la Proposition de loi portant sur la fin de vie dans la dignité.

Si les progrès de la médecine et des traitements ont contribué à allonger l’espérance de vie, cela peut être parfois au détriment de la qualité de vie et de la dignité. Il m’apparait donc nécessaire de reconnaitre au patient, en phase avancée ou terminale d’une affection grave, invalidante et incurable et lui infligeant une souffrance physique ou psychique qu’il juge insupportable, le droit d’obtenir une aide médicalisée pour terminer sa vie.

C’est une position que les Radicaux de Gauche ont défendu dans le cadre de l’examen de la Loi Claeys-Léonetti. Mais, j’ai été très déçue par son contenu, qui s’inscrit dans la continuité de la Loi Léonetti de 2005, et plus particulièrement par le rejet de nos amendements visant à introduire le droit à bénéficier d’une assistance médicalisée active à mourir.

Dès lors, vous pouvez compter sur moi pour soutenir toutes les propositions visant à légaliser l’aide active à mourir, rendre les directives anticipées opposables et introduire dans la loi un volet relatif à l’accès universel aux soins palliatifs.

Retrouvez ci-après la proposition de loi portant sur la fin de vie dans la dignité.

http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/propositions/pion0185.pdf