Adoption de la proposition de loi sur la fin de vie : “un immense rendez-vous manqué”

L’Assemblée nationale a définitivement adopté la proposition de loi sur la fin de vie mercredi 27 janvier dernier, avant le vote des sénateurs en soirée.

L’adoption de ce texte est une déception pour Jeanine DUBIE et le groupe des Radicaux de gauche qui considèrent que cette proposition de loi présentée par Alain CLAEYS et Jean LEONETTI, créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, s’inscrit dans la continuité de la Loi Léonetti de 2005 et ne règle en rien la demande formulée par de nombreux citoyens : être libre de décider pour soi le moment d’en finir.

S’il faut saluer l’avancée que constitue le caractère désormais contraignant des directives anticipées, les Radicaux de gauche, historiquement en première ligne pour l’instauration d’un droit à mourir dans la dignité, ne peuvent que souligner le manque d’envergure de cette loi. Lors de l’examen de ce texte, le groupe RRDP auquel Jeanine DUBIE appartient, n’a cessé de répéter qu’il n’opposait pas soins palliatifs, sédation profonde et continue et aide active à mourir, ces dispositifs devant s’entendre comme des possibilités permettant de respecter les différents choix exprimés par les personnes en fin de vie.

Attachée à la défense des libertés individuelles, Jeanine DUBIE considère que la pleine reconnaissance du droit de mourir dans la dignité n’est pas respectée. Elle continuera donc à se mobiliser pour faire évoluer la législation en la matière.

***

Pour rappel, au cours de l’examen de ce texte, le groupe RRDP a défendu un amendement visant à introduire le droit à bénéficier d’une assistance médicalisée active à mourir lors de la première lecture, tant en commission qu’en séance, ainsi qu’en deuxième lecture en commission puis en séance. Cet amendement a, malgré tous nos efforts, été rejeté à chaque examen. Pour montrer notre insatisfaction face à ce texte « a minima » et nous différencier des conservateurs opposés à toute forme de progrès, notre groupe a décidé de ne pas participer au vote final sur ce texte, que nous avons qualifié de « rendez-vous manqué».

Vous trouverez ci-après plusieurs liens vers ses interventions dans ce cadre :